Hendrik et Jérôme d’Ocean-Eye, les yeux de l’océan Indien

couv_tortuesJérôme Bourjea est chercheur à l’IFREMER et Hendrik Sauvignet est consultant en environnement marin et participe à la réalisation de films documentaires animaliers. De par leurs métiers respectifs, les deux hommes sont spécialisés dans l’étude des tortues marines et des grands pélagiques comme les thons et espadons qui se reproduisent autour de l’île de La Réunion. 5Dans le cadre de leurs missions scientifiques, ils se déplacent souvent dans les îles du sud-ouest de l’océan Indien qui entourent Madagascar et en profitent pour ramener de nombreuses photos sous-marines, terrestres et aériennes. Les deux hommes avaient pour projet de réaliser un livre de photographies, dans le but de mettre en valeur l’environnement marin particulièrement riche dans cette région de la planète, et ce fut la raison de la création de leur association, OceanEye.
Dans le projet, le livre serait accompagné d’expositions et conférences à destination des scolaires et du grand public. 1« Nous voulions montrer l’intérêt de la préservation de l’environnement au travers de la sensibilisation par l’image », précise Hendrik. « Nous sommes spécialisés dans la macrofaune, mais essayons de toucher un maximum d’espèces et de lieux. » C’est ainsi qu’est né le fameux livre « Des tortues et des îles », paru chez Regard du Vivant, une maison d’édition spécialisée dans les ouvrages naturalistes.

Un second livre sur la place de l’homme dans la Nature

2« Nous avons un nouveau projet de livre sur des sites sauvages et méconnus de l’océan Indien. Nous utiliserons les mêmes méthodes que pour le premier opus, mais ce nouveau sujet sera encore plus complet et diversifié. » Le tandem souhaite mettre en place une série d’expéditions spécifiques dédiées à ce projet, qui ne sera plus axé sur une espèce en particulier, mais davantage sur l’écosystème des îles et des régions côtières, de la terre jusqu’au large, ainsi que sur la place de l’homme dans la Nature.
3Les Tookets reçus par l’association Ocean Eye via les programmes de la Tookets.coop seront réinvestis dans du matériel photographique performant ou affectés directement au projet de livre. « Le premier a coûté 45 000€, le prochain est encore plus ambitieux et nécessitera un plus gros investissement“, prévient Hendrik. Comme pour le premier ouvrage, celui-ci serra très certainement accompagné d’une exposition. „La première expo a touché plus de 60 000 personnes dont de nombreux scolaires, grâce au concours de Kélonia, l’observatoire des tortues marines de La Réunion. 4C’est un témoignage, un peu de rêve que nous distillons à travers ce livre. C’est aussi une façon d’ouvrir les esprits, de faire prendre conscience aux gens de la fragilité de notre nature et de les inciter à faire un effort pour la protection de notre planète ». Quelques conférences sur les tortues marines sont aussi programmées courant 2016 en métropole, notamment dans différents aquariums, comme à La Rochelle, au Grau du Roi, à Boulogne sur Mer ou encore à la Porte Dorée à Paris.

Catégories : #COP21, Associations
Ce contenu a été publié dans #COP21, Associations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *