Racines Carrées a créé un jardin au naturel sur pilotis à Calais

logoRacines Carrées est une association de Calais créée en 2012 autour d’un jardin au naturel où l’on pratique la permaculture. « Au départ, la municipalité souhaitait réhabiliter la cour de récréation d’une école fermée, aujourd’hui devenue une maison des associations », évoque Yann Le Goff, son président. « Elle a donc fait un appel d’offres auquel les habitants ont répondu. »  avant aprésAujourd’hui, cette cour goudronnée est devenue un jardin avec des cultures hors-sol réparties dans une trentaine de bacs posés sur des parpaings. « Nous avons opté pour la permaculture, mais j’avoue que je n’y connaissais rien à l’époque. Je me suis formé sur Internet en suivant les vidéos de l’ingénieur agronome Claude Bourguignon ou de Pierre Rabhi. »
Mais qu’est-ce donc que cette permaculture, dont on entend de plus en plus parler ? « C’est un vaste sujet et c’est surtout un état d’esprit. Mais pour vulgariser le concept, je dirais que c’est d’abord l’observation de la nature telle qu’elle est, pour ensuite la copier, car la nature apporte tout ce dont nous avons besoin. C’est de la pure logique. Et sa mise en pratique a évidemment un impact bénéfique au plan économique, écologique et est générateur de lien social. »

Inculquer les principes de la permaculture à toutes les générations !

KN2WmKLLes trois préceptes de base qu’il a retenus sont de ne pas labourer, ne pas désherber et ne pas arroser à outrance. De très beaux principes, mais si l’on ne désherbe pas, que fait-on pour se débarrasser des mauvaises herbes ?  « Il n’y a pas de mauvaises herbes. On arrache celles qui gênent et on les laisse sur la terre. Elles y pourrissent, protègent les nutriments du sol de la pluie (il pleut beaucoup à Calais) et nourrissent les insectes qui, du coup, laisseront tranquille la plante qu’on veut faire pousser. » Bien sûr, dans le schéma d’une permaculture, les produits chimiques sont bannis au profit de la mixité des plantes, qui se protègent ainsi les unes les autres. « C’est une forme de médecine douce du potager », s’amuse le président. permaculture design« Un peu comme un mariage heureux : si l’on plante des carottes, des poireaux et un bouquet de thym ensemble, eh bien ce bazar organisé  perturbe les insectes qui font ainsi moins de dégât que si les cultures étaient organisées et tirées au cordeau ».
Le but de l’association est initiatique et éducatif : elle souhaite partager ses méthodes de jardinage (et de recyclage) au plus grand nombre, et en particulier aux jeunes générations qui en sont les futurs ambassadeurs. Et l’engouement est tel que du jardin sur pilotis, on est passés aux cultures en lasagne, aux cultures en butte, aux vergers… et les projets affluent encore !

Mutualiser les coûts, démultiplier les rôles de chaque outil

dessin-lasagneDevant mon étonnement (mon ignorance), Yann Le Goff explique : « la culture en lasagne, c’est partir d’une base bétonnée sur laquelle on dispose de fines couches alternées de matières brunes (cartons, branchages, paille, feuilles mortes) et de matières vertes (déchets de cuisine, herbe de tonte…). Cela constitue un mélange très riche de matières carbonées et d’Azote qui sert de nourriture à des plantes comme les citrouilles. » Un système qui n’utilise que de la matière organique (jardin sans terre) et que l’on peut mettre en œuvre même sur un balcon ! Quant aux cultures en butte, le principe de surélever la terre, ce qui permet de planter des plantes qui n’aiment pas les sols trop imbibés. En effet, l’eau est bien drainée dans les allées situées au pied de la butte tandis que le vent et le soleil sèchent la terre plus vite sur tous ses flancs. Mais Racines Carrées ne s’est pas arrêtée là ! 20170119_172245Elle a construit un poulailler et utilise également un ancien blockhaus comme une grotte, pour cultiver des champignons et des endives, conserver les légumes ou les graines et sécher les plantes aromatiques… « Toujours dans l’optique de mutualiser les coûts et démultiplier les rôles de nos outils, la porte que nous avons construite (à la place du mur qui bloquait autrefois l’entrée du bunker) est aussi un hôtel à insectes côté extérieur, et une étagère à petits outillages à l’intérieur. »

Un jardin forêt comestible en projet

IMG_20140821_101125Une de ses actions intitulée « Les incroyables comestibles de Calais » est particulièrement intéressante : elle transforme l’espace public en potagers en libre-service. « En fait, nous plantons dans la rue autour des locaux de l’association des fruits et légumes à partager et donc en libre accès à tous ! »
Et finalement, que compte faire Racines Carrées des Tookets qu’elle recevra ?  « Nous souhaitons aller encore plus loin dans le concept », termine Yann Le Goff. « Car même si nous avons réduit les coûts de nos activité (en démultipliant les rôles et en axant sur le recyclage), il y a quand même toujours des choses à acheter (des semences compliquées à reproduire ou du matériel pour fabriquer des nichoirs…). Nous aimerions également développer et partager notre banque de semences naturelles (nous avons 50 variétés de tomates à faire découvrir…), et créer un jardin forêt comestible (avec des arbres fruitiers), qui protègera les cultures des vents dominants tout en servant de refuge pour la faune. En fait, plus le biotope est diversifié et mieux les cultures sont protégées, car le cycle se régule de lui-même. Nous pensons que chaque être qui le compose a son utilité. Par exemple, il ne faut pas exterminer les limaces, mais les réguler car elles ont un rôle dans la fertilisation du sol. »
En fait, l’application de la permaculture, c’est juste du bon sens et de la pédagogie…

Catégories : Associations
Cette entrée a été publiée dans Associations. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Racines Carrées a créé un jardin au naturel sur pilotis à Calais

  1. GLS dit :

    Là, je comprends la permaculture. Mais il en faut des machins marron. Une grosse quantité.
    Super.
    Bravo.

  2. Friant Michel dit :

    Magnifique projet !
    Une association comme on les aime ! Voir grandir un projet, une équipe et une association c’est comme regarder un arbre pousser de la petite graine à l’arbre majestueux et très fort !
    Hortus Natura (jardin naturelle) est devenu un lieu de vie, de découverte et d’expérimentation afin de retrouver le bon sens un peu oublié de nos ainés !

  3. Cocquet Gaëtan dit :

    Bravo Yann se que tu a fait manifique très belle association de racine carré avec des personne formidable comme Jean Marc le directeur lol- francis -Anne esct…..et ainsi que Michel friant responsable de la maison des assos bravo à vous tous et une très bonne année 2018 cordialement gaetan

  4. Une belle association! C’est une belle initiative d’initier toute une génération à la permaculture. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *