Leur but : sauvegarder les races anciennes de poule !

19042_321405066530_6026187_nLes amis du poulailler Saint Martin est une association qui a repris une activité d’élevage et de préservation de races anciennes, qui s’était arrêtée il y a deux ans. « On a trouvé ça dommage, alors on a repris en juin 2014 », raconte Patrick Desvernay, l’ancien exploitant aujourd’hui à la retraite, reconverti pour l’occasion en président de la structure. « Nous avons peu de moyens pour démarrer, alors nous avons commencé par faire un travail de fond. transfert-photo-du-1103-091Nous avons maintenant un bon parquet de reproducteurs et allons démarrer une campagne de promotion sur les races anciennes à la fin de l’année ». L’association a d’ores et déjà pu bénéficier des Tookets l’an dernier, convertis en une centaine d’euros, ils lui ont permis d’acquérir une remorque de présentation pour transporter les animaux. « Mais cette année, on est plus dans le marketing de l’activité, qui vise une zone allant de Toulon à Nice, en passant par Antibes ». La différence avec l’ancienne forme juridique du poulailler, c’est que tout se fait désormais sans les contraintes de l’entreprise, sans chiffre d’affaire à produire, et sans problème de trésorerie. Bref, selon M.Desvernay, qui sait de quoi il parle, ce sont des conditions de travail de rêve pour cette structure située en pleine campagne, au milieu des vignes…

Transformer la clientèle en passionnés

transfert-photo-du-1103-120La structure a une clientèle traditionnelle agricole, mais aussi une clientèle plus aisée qui recherche des poules un peu rares. « Notre travail est aussi de faire de la sensibilisation, du conseil auprès de ces gens-là. Nous allons aussi commercialiser des œufs fécondés. Nous essayons de transformer nos clients en passionnés. » Sans salarié pour le moment, l’asso dispose quand même de 4 bénévoles réguliers (qui font les soins et l’entretien des animaux), mais qui sait de quoi le futur est fait ?
« Actuellement, nous avons 8 ou 9 races de poules naines, 6 ou 7 de poules grandes races ainsi que quelques palmipèdes » précise le président. transfert-photo-du-1103-087On doit le développement des races de poules aux prêtres du XIXème siècle. Elles portent généralement le nom de ces villes, villages, régions d’où elles proviennent. « L’élevage industriel et la création d’hybrides leur a fait du mal. C’est pour cela que nos poules sont plus chères, mais elles pondent aussi bien que les autres. Elles ont toutes leurs particularités, leurs œufs aussi ».

Elevage raisonné et naturel

Photo0454Toute la partie incubation et démarrage des poussins se fait à l’intérieur. Chaque semaine, 300 œufs sont chargés. Mais ensuite, les adultes sont libérés dans des parcs à l’extérieur, avec des parcours, des abris… Des conditions d’élevage somme-toute assez appréciables, qui offrent le double avantage de donner de bonnes conditions de vie aux animaux ainsi qu’une bonne conscience des éleveurs et des consommateurs. « Nos poules sont élevées naturellement, mais pas en bio car il faut aussi soigner et nourrir en bio, et ça, notre activité ne nous le permet pas. Photo0225Et même si nos terrains sont classés en bio, nous ne pouvons pas prouver que nos reproducteurs le sont ou que le maïs dont on les nourrit ne sont pas transgéniques (au moins par pollinisation). C’était trop de contraintes même si l’esprit nous plaisait, à la base. Mais on peut néanmoins dire que nous sommes en élevage raisonné ».
Voilà, vous savez tout, ou presque, des amis du Poulailler de Saint Martin !
Si vous voulez les aider à continuer à sauvegarder leurs races de poules et à se développer, vous pouvez leur distribuer vos Tookets issus des programmes de la Tookets.Coop ou du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur !

Catégories : #COP21, Associations
Ce contenu a été publié dans #COP21, Associations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Leur but : sauvegarder les races anciennes de poule !

  1. thellier jean louis dit :

    j’aime SVP plus de précisions MERCI…

  2. MAUGARD dit :

    Bonjour,
    Je vous laisse ce lien afin que vous puissiez découvrir une vieille race française peu connue mais qui commence à l’être grâce à mon site.

    Bien cordialement
    FM

  3. Charue dit :

    Super initiative ! MERCI pour ce bel exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *